Le match retour de ligue des champions européenne qui opposait le club français du Paris Saint-Germain à celui espagnol du FC Barcelone mercredi soir, se sera soldé par un meurtre passionnel à Libreville. En effet, la Brigade anti-criminalité (BAC) vient de mettre la main sur Danny Angounou Essogho, un jeune Gabonais de 18 ans, qui a poignardé a mort son ami John Guénolé Koibitsue, en lui plantant un couteau de cuisine au niveau du cou, hier au quartier Derrière-La-Prison.

Selon le mis en cause lui-même, la montée d’adrénaline qui l’a poussé à commettre l’irréparable est due au fait que son ami se serait moqué de lui, après la défaite du Paris Saint-Germain – équipe dont il est fan -, en Ligue des champions européenne de football, face au FC Barcelone, 1 but à 6. Danny Angounou Essogho, la voix serrée, les yeux presque marqués par le sommeil, cachant mal la gueule de bois, raconte qu’après le match que ses deux amis et lui venaient de suivre dans un bistrot, arrosé de bière, ils ont décidé de veiller.

C’est ainsi qu’ils sont restés assis non loin de l’ancien magasin Ckdo. « Nous sommes restés là jusqu’à 2 heures du matin, précise-t-il. Jusqu’à ce qu’ils ont été rejoints par John Guénolé Koibitsue, qui a commencé à les chahuter sur le résultat du match. Une violente dispute, toujours selon Danny, a alors éclaté entre John et lui. Puis, une bagarre, rapidement calmée par ses deux autres camarades. John Guénolé Koibitsue aurait ensuite regagné son domicile.

Mais se sentant blessé dans son amour-propre, Danny a décidé de déclencher à nouveau les hostilités. Il a donc pour-suivi son ami jusqu’à son domicile. Nouvelle bagarre. Au cours de l’altercation, Danny Angounou Essogho sortira un couteau de sa poche, le plantera au cou de John, en présence de la petite sœur de la victime. Guénolé Koibitsue, grièvement blessé, s’est effondré à la suite de ce coup de poignard.

Réalisant la gravité de la situation, le meurtrier présumé a pris, quant à lui, les jambes à son cou. Un témoin ayant assisté à la scène précise que la victime serait morte sur-le-champ. Avant d’ajouter que le présumé meurtrier a été interpellé par une équipe de la BAC en patrouille dans la zone.

Le mis en cause a reconnu son geste, qu’il a tout de même regretté. Son intention, a-t-il expliqué, était juste de blesser son ami, pour lui laisser une marque sur le corps. Il a été mis à la disposition de la Direction de la sûreté urbaine (DSU) pour une enquête approfondie.

Laissez un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here